Texte avec points d'interrogation à la place du texte
L’illettrisme

Illettrisme

Qu'est-ce que c'est?

Définitions, témoignages et enjeux pour se familiariser avec le contexte de l'illettrisme.

Définitions

L’illettrisme définit la situation d’adultes scolarisés qui ne maîtrisent pas ou qu’insuffisamment la lecture, l’écriture et le calcul. Bien qu’ayant été scolarisés, ils ne parviennent pas à lire ni à comprendre un texte simple de la vie de tous les jours (étiquettes, modes d’emploi, courriers administratifs, formulaires d’inscription, horaires de train, etc.).

L’illettrisme doit être distingué de l’analphabétisme. Ce phénomène concerne des personnes qui ont été peu ou pas du tout scolarisées et qui n’ont pas appris à lire et à écrire. En Suisse, l’analphabétisme concerne essentiellement des personnes d’origine étrangère.

Une réalité aussi en Suisse

Selon l’enquête ALL 2003 (Adult Literacy and Lifeskills), en Suisse environ 800'000 personnes ont des difficultés avec la lecture et le calcul, soit une personne sur six. En Suisse romande, 210’000 personnes sont concernées par l’illettrisme ou l’analphabétisme. Parmi elles, près de la moitié sont nées sur sol helvétique et y ont suivi l’école obligatoire. 70% des personnes concernées sont francophones.

En Suisse, la loi fédérale pour la formation continue (LFCo) entrée en vigueur en 2017 tient compte de la problématique de l’illettrisme en mettant une attention particulière à la promotion des compétences de base des adultes (art. 13).

Causes, conséquences et témoignages

Pour aborder le sujet avec une personne concernée par l’illettrisme ou la motiver à suivre une formation, il est utile de connaître les causes et les conséquences de ce problème, avec chiffres à l'appui. Les témoignages choisis démontrent aussi la variété des difficultés rencontrées.

Mains de sept personnes jointes ensemble

Nous nous engageons pour le droit à l'accès à la lecture et à l'écriture pour les adultes de tous âges.

La lecture et l'écriture font partie des compétences de base.

Apprendre à lire et à écrire est un droit
  • Le droit de chaque personne au libre choix d'une formation répondant à ses attentes et à ses besoins.
  • Le droit de poursuivre cette formation le temps qu'elle juge nécessaire pour atteindre ses objectifs.
  • Le droit de pouvoir trouver près de chez soi un cours de qualité, reconnaissant ses expériences et ses savoirs, ses capacités et ses rythmes d'apprentissage ainsi que sa culture.
  • Le droit de questionner et de réfléchir, le droit à l'imagination et le droit à la création, le droit de lire et écrire son histoire.
  • Le droit de s'émanciper et d'accéder à l'autonomie.
  • Le droit pour tous à une réelle participation économique, sociale, culturelle et politique, base d’une démocratie vivante.
Femme lisant un livre_Sarah-Noltner-Unsplash
Savoir lire et écrire, une liberté !